Partitions Tomplay

Tombooks

OBTENIR - Dans l'App Store

Afficher
Dotted image overlay

La vie romantique de Chopin à travers 10 de ses plus grandes œuvres

Écrit par
Gwenn Daniel
A propos de l'auteur
Passionnée par la musique depuis son plus jeune âge, Gwenn Daniel a étudié le piano au conservatoire tout en ayant une activité musicale soutenue en dehors. C’est avec une curiosité toujours en éveil que cette jeune professeur de piano nous fait découvrir la musique de toutes les époques et de tous les styles. Elle met aujourd’hui ses talents littéraires et musicaux au service de Tomplay, prenant plaisir à vous faire découvrir l’histoire des grands classiques et à vous guider dans le vaste choix de partitions proposées par Tomplay.
Date de publication
05/03/2019
Afficher/masquer les détails

La vie romantique de Chopin à travers 10 de ses plus grandes œuvres

À l’occasion du 209ème anniversaire de la naissance de Chopin, nous avons souhaité partager avec vous son passionnant parcours à travers dix de ses plus grandes œuvres.

Nous avons inclus pour chaque pièce le lien vers la partition interactive correspondante, vous permettant de jouer les morceaux et d’écouter les enregistrements des interprétations de musiciens professionnels.

Jeunesse polonaise

⦁ Jouez les partitions des trois mouvements du Concerto pour piano n° 1 en mi mineur, Opus 11 de Chopin, avec enregistrement professionnel de l’orchestre pour vous accompagner.

Frédéric Chopin naît en Pologne le premier mars 1810 d’une mère polonaise aristocrate et d’un père français, professeur. Il est l’unique garçon d’une fratrie de quatre enfants.

Sa mère, qui joue du piano et chante d'une voix de soprano, acquiert le premier piano de la famille quelques mois après la naissance du petit Frédéric, lequel prend l’habitude de s’allonger sous l’instrument !

Il écoute sa mère jouer pendant des heures, apprend vite à son tour et est confié à Wojciech Zywny, professeur de piano et ami de la famille, qui a la délicatesse de ne rien lui imposer.

Il écrit sa première composition à sept ans, une Polonaise, et son entourage s’aperçoit très vite que le fils Chopin possède des aptitudes musicales tout à fait remarquables.

Il entre alors à l’École supérieure de musique de Varsovie en 1826 après ses études au lycée, à l’issue desquelles il ne se présente pas aux épreuves du baccalauréat. Là-bas, il est entouré par des professeurs à l’écoute, dont Józef Elsner qui lui donne des leçons d’harmonie et de théorie des formes musicales et le dispense de cours de piano afin d’éviter qu’il ne décourage les autres élèves ! Ces trois années au Conservatoire seront le moteur d’une créativité intense.

Quelques années plus tard, Chopin donne la création de son premier Concerto pour piano au Théâtre National de Varsovie et a déjà écrit les partitions de ce qui sera son deuxième Concerto. Bien que ce fut une réussite et qu’on l’encourage à écrire des Symphonies et autres Opéras, Chopin ne le fait pas. Son lien particulier avec le piano le pousse à n’écrire presque que pour piano seul, car l’instrument se suffit à lui-même. De même, il ne lui plaît pas de jouer devant une salle comble.

Nous vous invitons à découvrir les partitions du superbe Concerto pour piano n° 1 en mi mineur, Opus 11, et à interpréter le mouvement que vous souhaitez, accompagné par l’enregistrement professionnel de l’orchestre.

 

Grand départ pour Vienne

Jouez les partitions piano de la Mazurka n° 32, Opus 50 n° 3 et de la Mazurka n° 25, Opus 33 n° 4 de Chopin et écoutez les enregistrements professionnels des morceaux synchronisés avec les partitions.

Jouissant d’une notoriété grandissante en Pologne, Chopin quitte Varsovie en 1830 pour Vienne afin d’y faire connaître son talent. Il a alors vingt ans et c’est un déchirement pour lui, malgré qu’il prenne la route avec Tytus, l’un de ses proches amis avec qui il entretiendra une étroite relation épistolaire durant toute sa vie.

Mais à la nouvelle de l'insurrection à Varsovie, Tytus décide de rentrer et dissuade Chopin de faire de même. C’est un nouveau bouleversement pour les deux amis.

Une période s’achève pour Chopin. Il laisse derrière lui ses proches, la maison familiale et les vacances dans la campagne de Varsovie où il avait le loisir d’écouter et de danser les traditionnelles polonaises et mazurkas de son pays natal, fasciné par leurs rythmes et leurs mélodies originales. Il sera inspiré toute sa vie par cette époque qui sera le berceau de la composition de ses Mazurkas, véritable journal intime musical.

Nous vous proposons d’interpréter la Mazurka n° 32 en ut dièse mineur, Opus 50 n° 3, chef-d’œuvre absolu composé en 1840, inspirée par une connaissance fraîchement approfondie du contrepoint.

Découvrez aussi la Mazurka n° 25 en si mineur, Opus 33 n° 4, dialogue lyrique passionnel entrecoupé d’accalmies, composée deux années plus tôt ; c’est un véritable trésor parmi les Mazurkas de Chopin. Profitez des enregistrements professionnels des morceaux synchronisés avec les partitions, pour le plaisir ou pour vous en inspirer. Les partitions interactives Tomplay défilent automatiquement sur votre écran, vous permettant de ne jamais quitter le clavier des mains.

   

 

Escale à Stuttgart

⦁ Jouez la partition piano de l’Étude n° 12 en ut mineur 'La révolutionnaire', Opus 10 de Chopin et écoutez l’interprétation de Maurizio Pollini synchronisé avec la partition.

Après un séjour houleux à Vienne où Chopin fut mal accueilli et ne trouva pas sa place, suivi d’un mois passé à Munich, il décide de reprendre la route vers Londres en passant par Paris, et fait escale à Stuttgart où il apprend la capitulation de Varsovie.

Il écrit alors : « O Dieu existes-tu ? Oui, tu existes et ne nous venges pas ! N'y a-t-il pas encore assez de crimes moscovites ou bien es-tu moscovite toi-même ?... Dieu, mon Dieu, ébranle la terre, qu'elle dévore les hommes de ce siècle, que les tortures les plus cruelles tourmentent les Français qui ne nous ont pas secourus. »

Cette période douloureuse lui aurait inspiré l’incroyable Étude n° 12 en ut mineur, Opus 10, surnommée "la révolutionnaire". La technique de la main-gauche demande beaucoup de maîtrisetandis que la main droite s’exprime avec la même force qu’un chant de guerre.

Afin d’apprivoiser la partie main gauche, vous pourrez ajuster le tempo de l’interprétation professionnelle synchronisée avec la partition, vous permettant de travailler lentement puis de plus en plus vite, en vous appuyant sur l’enregistrement.

 

Arrivée à Paris

⦁ Jouez la partition piano de la Valse n° 1 en mi bémol majeur 'Grande Valse brillante', Opus 18 de Chopin et écoutez l’interprétation de Alice Sara Ott synchronisé avec la partition.

Chopin vit à son arrivée à Paris en 1831 l’expérience inverse de celle vécue à Vienne : on l’y accueille très chaleureusement et il tombe très vite amoureux de la ville. Sa période de tourments est enfin terminée, si l’on occulte sa maladie grandissante : la tuberculose.

Malgré cela, il connaît un succès musical presque immédiat dans la capitale française. Il y rencontre Félix Mendelssohn ou encore Franz Liszt qui deviendra son grand ami. Il est aussi très convoité par la gent féminine, car Chopin a tout pour plaire et sait tout faire : la musique, le dessin, la poésie, tout ce qu’il entreprend lui réussit, il a du charme et de l’humour !

C’est durant cette époque épanouissante qu’il compose sa « Grande Valse Brillante », la Valse n° 1 en mi bémol majeur, Opus 18, dont la partition interactive Tomplay est disponible avec des fonctions telles que l’annotation de la partition ou l’enregistrement de votre interprétation, pour vous aider à mettre le morceau en place dans les meilleures conditions.

C’est la première des valses pour piano seul composées par Chopin. Son caractère parisien contraste avec la sentimentalité viennoise habituelle du compositeur et l’on imagine très bien à son écoute la gaieté d’une soirée parisienne élégante.

 

Rencontre avec George Sand

⦁ Jouez la partition de la Fantaisie - Impromptu, Opus 66 de Chopin et écoutez l’enregistrement professionnel du morceau synchronisé avec la partition.

Malgré son succès auprès des femmes, Chopin ne manifeste pas le même intérêt pour ses compagnes que la réciproque. Et cela, même lorsqu’il rencontre en 1836 celle qui deviendra son grand amour : Aurore Dupin, la romancière George Sand.

Il n’est pas séduit par cette femme qui porte des pantalons et fume le cigare, d’ailleurs « est-ce vraiment une femme ? Je suis prêt à en douter », cite Ferdinand Hiller dans une lettre adressée à Liszt.

George Sand, elle, tombe sous le charme du jeune pianiste et remue ciel et terre afin de le revoir. C’est ainsi qu’ils se retrouvent deux ans plus tard lors d’une soirée musicale où après l’avoir écouté jouer, elle lui écrit le billet suivant : « On vous adore ! »

Chopin, surpris par les comportements entreprenants de cette femme indépendante et à qui tout l’oppose, cède finalement à ses avances et ils entament une liaison, d’abord tenue secrète.

C’est deux ans avant la naissance de cette idylle que Chopin compose sa très célèbre Fantaisie - Impromptu, Opus 66, dont les parties extérieures se caractérisent par une vélocité accrue sur un système polyrythmique, tandis que le thème central à l’atmosphère tendre et rêveuse évoque celle d’un Nocturne.

Interprétez cette sublime Fantaisie - Impromptu en vous appuyant sur l’enregistrement professionnel du morceau synchronisé avec la partition interactive Tomplay et ajustez le tempo afin de mettre facilement en place le système polyrythmique mains ensemble.

 

Un hiver en Espagne

⦁ Jouez la partition piano du Prélude n° 15 en ré bémol majeur 'La goutte d'eau', Opus 28 de Chopin et écoutez l’interprétation de Martha Argerich synchronisée avec la partition.

Accompagnée de ses enfants, George Sand décide d’emmener Frédéric Chopin à Majorque, pour profiter pleinement de leur passion naissante.

Mais l’hiver à Chartreuse de Valldemossa est rude et les pluies sont diluviennes : la maladie de son bien-aimé reprend le dessus.

Inspiré par cette ambiance pluvieuse, Chopin compose le Prélude « la goutte d’eau » en ré bémol majeur. George Sand détaille dans ses mémoires l’altercation qu’elle eut avec Chopin lorsqu’elle lui dit qu’il composait par imitation des bruits émis par les gouttes de pluie sur le toit, ce qui mit le compositeur en rage ! Ce fut pourtant lui-même qui attribua le surnom aujourd’hui célèbre à son quinzième Prélude.

Afin de vous aider à maîtriser la subtile interprétation de ce Prélude, nous vous invitons à écouter l’enregistrement de Martha Argerich inclus dans la partition interactive Tomplay. Celle-ci défile automatiquement sur votre écran à l’aide du curseur de lecture vous permettant de suivre le déroulement du morceau sans difficulté.

 

Derniers séjours à Nohant

⦁ Jouez les partitions piano du Nocturne n° 13 en ut mineur, Opus 48 n° 1 et du Nocturne n° 15 en fa mineur, Opus 55 n° 1 de Chopin et écoutez les interprétations de Maurizio Pollini synchronisées avec les partitions.

En 1839, Chopin trouve à son arrivée à Nohant, demeure de George Sand, un piano Pleyel flambant neuf, surprise de sa compagne.

Un an plus tard, sa santé se dégrade crescendo et il enchaine les séjours à Nohant, choyé et materné par George Sand qui, malgré l’humeur de plus en plus irascible de son compagnon, ménage sa susceptibilité et fait tout pour qu’il s’y sente bien : elle installe son piano dans une pièce dédiée et fait installer une porte capitonnée afin qu’il ne soit pas dérangé par les bruits de la maison vivante et met à sa disposition une clochette pour qu’il puisse appeler sans effort.

Chopin composera quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres et les plus belles à Nohant telles que des Mazurkas et Polonaises, mais encore des Ballades et autres Nocturnes.

Découvrez la partition du treizième Nocturne en ut mineur, à la fois majestueux et tragique, dont le discours et la mélodie nous attirent irrésistiblement vers un sentiment de désespoir soutenu par la gravité de la main gauche, avant de laisser place à un tourbillon de révolte plus soutenu.

Le quinzième Nocturne en fa mineur est presque aussi mélancolique que le treizième, à cela près qu’il laisse entrevoir des rayons aux sonorités lumineuses avant de répéter son thème d’ouverture avec des variations.

Retrouvez les partitions de ces deux Nocturnes dans le catalogue Tomplay et appuyez-vous sur les enregistrements de Maurizio Pollini afin de mieux cerner l’ambiance dans laquelle était plongée Chopin à cette époque et qui l’a conduit à ces interprétations si délicates.

 

    

 

Emporté par la maladie

⦁ Jouez la partition piano de la Valse n° 7 en ut dièse mineur, Opus 64 n° 2 de Chopin et écoutez l’interprétation de Maria-João Pires synchronisée avec la partition.

Au cours de ses dernières années, Chopin connaît les derniers drames de sa vie : le décès de quelques amis et surtout celui de son père qui lui fut très douloureux. Malgré cela, il donne des concerts et continue de composer.

C’est finalement son désaccord quant au mariage arrangé de Solange, la fille de George Sand, qui sera à l’origine de leur rupture, cette dernière ne supportant pas que Chopin prenne le parti de sa fille et l’interprétant comme une trahison. Elle coupe les ponts avec sa fille et renvoie Chopin de Nohant en 1847. Il a 37 ans.

De plus en plus malade, il la prie de venir à son chevet, mais elle refuse systématiquement. Ils finissent pourtant par se croiser par hasard un an après, où il lui apprend que Solange a accouché d’une petite fille. C’est la dernière fois qu’ils se verront. À son sujet, il dira : « Elle m’avait pourtant promis que je mourrai dans ses bras… »

Frédéric Chopin disparaît le 17 Octobre 1948 à Paris, entouré de Solange, de sa sœur Ludwika, d’Adolf Gutmann et de Thomas Albrecht, tous deux amis de Chopin.

Certaines de ses dernières volontés, comme celle de faire jouer le Requiem de Mozart lors de ses funérailles, seraient des légendes.

Le dernier morceau que nous souhaitons vous inviter à interpréter n’est autre que la Valse n° 7 en ut dièse mineur, Opus 64 n° 2, composée deux ans avant sa mort, dont le thème d’ouverture suggérant le doute laisse finalement place à une ronde plus optimiste et dont la fin de phrase malicieuse rappelle la sortie en légèreté d’une danseuse de ballet, semblant être un bon compromis pour caractériser la vie à la fois tourmentée et merveilleuse du compositeur sensible qu’était Chopin.

Retrouvez la partition interactive de cette Valse grandiose dans la Boutique Tomplay et profitez de l’enregistrement de l’interprétation de Maria-João Pires synchronisée avec la partition, à écouter pour le plaisir ou pour vous en inspirer.

 

 

 

Ajouter un commentaire...

Articles recommandés

Voir tout

Les plus beaux morceaux de Schubert à jouer au piano

Antonin Scherrer
27/02/2019
Lire l'article

Les dix plus beaux concertos abordables pour les pianistes amateurs

Gwenn Daniel
08/02/2019
Lire l'article