La musique : ses infinies vertus

Écrit par
Gwenn Daniel
A propos de l'auteur
Passionnée par la musique depuis son plus jeune âge, Gwenn Daniel a étudié le piano au conservatoire tout en ayant une activité musicale soutenue en dehors. C’est avec une curiosité toujours en éveil que cette jeune professeur de piano nous fait découvrir la musique de toutes les époques et de tous les styles. Elle met aujourd’hui ses talents littéraires et musicaux au service de Tomplay, prenant plaisir à vous faire découvrir l’histoire des grands classiques et à vous guider dans le vaste choix de partitions proposées par Tomplay.
Date de publication
24/09/2020
Afficher/masquer les détails

La musique : ses infinies vertus

Les pouvoirs de la musique affectent notre corps et notre esprit de multiples façons et de manière spectaculaire, que l’on en écoute ou que l’on en joue. Nous vous proposons de découvrir comment et pourquoi.

C’est bien connu : apprendre à jouer d’un instrument étant enfant a de nombreuses vertus. C’est un exercice très complet pour le cerveau qui a pour effet de développer nos fonctions cognitives, à savoir la mémoire, l’attention, l’apprentissage, le langage mais aussi les fonctions visuelles, psychomotrices et exécutives.

Jouer de la musique est donc un stimulant surpuissant, surtout pour les plus jeunes en phase d’apprentissage et de développement !

Mais ce n’est pas tout : vous vous rappelez certainement que l’hémisphère gauche du cerveau est celui de la raison. Il est logique, cartésien et séquentiel. C’est celui qui domine chez 80% de la population occidentale.

L’hémisphère droit, lui, est celui de l’intuition, de la créativité, de l’imagination. À la naissance, c’est le cerveau droit qui domine. Mais sous l’effet de l’éducation, de la scolarisation et de la société, la tendance finit par s’inverser.

Sachez que jouer de la musique est un excellent outil pour faire travailler les deux hémisphères, à parts égales, et exploiter au mieux toutes leurs capacités !

La musique est aussi un excellent vecteur de cohésion sociale. En jouant de la musique ensemble, en chantant, ou simplement en écoutant de la musique en groupe, les liens se resserrent, la communication se fait plus naturellement, plus simplement.

En jouant à plusieurs, on apprend à s’écouter, à mieux communiquer, à s’exprimer au sein d’un groupe, mais aussi à comprendre que chaque individu a une place importante. En famille, partager l’amour de la musique renforce les relations !

C’est également un puissant marqueur social. Ne vous êtes-vous jamais senti plus proche des gens ayant des goûts musicaux similaires aux vôtres ? C’est la sociologie de la musique. Ainsi, même si c’était davantage le cas au siècle dernier, on observe encore aujourd’hui des groupes se former à l’école selon les goûts musicaux.

Mais ce sont surtout nos goûts musicaux qui nous choisissent : une personne rationnelle et logique serait plutôt attirée par la musique baroque, pourquoi pas celle de Bach. À l’inverse, une personne plus intuitive et émotionnelle serait davantage touchée par la musique romantique, Chopin peut-être ?

Les prédispositions naturelles que nous avons ou pas à être anxieux sont aussi un critère déterminant de la musique qu’il nous plaît de jouer ou d’écouter, de même que les dimensions biologiques ou ethniques, les expériences passées. Cela s’appelle l’identité sonore de Gestalt.

Ainsi, nous nous tournons davantage vers la musique qui correspond à notre identité sonore intérieure, qui peut évoluer au cours du temps ou connaître des modifications ponctuelles. Finalement, c’est un mélange complexe de vibrations et de tempos spécifiques qui déterminent si nous sommes touchés ou non.

Voyez comme nos souvenirs et nos sentiments s’impriment puissamment sur une chanson ou un morceau de musique, bien plus fortement que sur une simple photo, qui nous rappelle davantage nos actions que nos émotions.

En plus de toucher notre identité sonore, la musique modifie notre pulsation cardiaque, et pourra de ce fait changer complètement notre humeur.

Les battements de notre cœur se calent sur le tempo de la musique que nous écoutons ou jouons, et en modifiant notre rythme cardiaque et respiratoire, notre cerveau libère de la dopamine et des endorphines, aussi appelées hormones du bonheur.

Outre le fait de nous rendre plus heureux, ces hormones nous rendent également moins sensibles à la douleur, nous stimulent par exemple lors d’une activité sportive ou nous donnent envie de bouger, de danser, nous soulagent de l’anxiété et du stress, et augmentent par conséquent notre espérance de vie !

La sonologie, par exemple, permet une relaxation profonde en utilisant le principe de résonnance et la loi dite de « vibration sympathique », en utilisant des bols tibétains ou des diapasons pour travailler sur les fréquences.

La musicologie, elle, est de plus en plus utilisée en médecine, qu’il s’agisse d’aider un patient à sortir du coma, ou de soigner la maladie d’Alzheimer. On sait que la musique stimule particulièrement l’hippocampe, partie encore très mystérieuse de notre cerveau liée à la mémoire. Ainsi, des patients se voyaient chanter par cœur des chansons de leur enfance tandis qu’ils avaient du mal à se rappeler des prénoms de leurs proches. Au-delà de ces découvertes, ces expériences redonnent aux patients le goût de communiquer, de sourire et de chanter !

Si les pouvoirs de la musique sont si grands, il est alors juste de se demander si nous sommes les seuls à en profiter. Il semble évident que non. Des expériences prouvent que les animaux sont aussi très sensibles à la musique, et ne seraient pas du tout indifférents aux choix des styles. Sur eux, la musique aurait les mêmes effets que sur les humains : détente, amélioration de l’humeur et de la santé !

Ce n’est pas tout : les végétaux sont également sensibles à la musique. Des études montrent que passer de la musique dans une serre stimule considérablement la pousse des végétaux. La musique n’étant que vibrations, il semble logique qu’elle affecte tous les organismes vivants.

Notre cerveau est très réceptif à la musique, et il en est de même pour notre cœur. Mais notre corps tout entier entend et comprend la musique et ses vibrations. Il est merveilleux de penser qu’en jouant de la musique, nous lui donnions du sens par le biais de nos émotions, et qu’elle nous le rende au centuple en nous faisant don de ses nombreuses vertus !

Ajouter un commentaire...

  • 29/10/2019
    Pour ceux qui en doutaient....!
    Votre commentaire sera publié une fois approuvé
    Annuler
Nous utilisons des cookies sur ce site pour assurer le meilleur service possible. En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.