7 des plus belles œuvres de Schumann à jouer au piano

Écrit par
Gwenn Daniel
A propos de l'auteur
Passionnée par la musique depuis son plus jeune âge, Gwenn Daniel a étudié le piano au conservatoire tout en ayant une activité musicale soutenue en dehors. C'est avec une curiosité toujours en éveil que cette jeune professeur de piano nous fait découvrir la musique de toutes les époques et de tous les styles. Elle met aujourd'hui ses talents littéraires et musicaux au service de Tomplay, prenant plaisir à vous faire découvrir l'histoire des grands classiques et à vous guider dans le vaste choix de partitions proposées par Tomplay.
Date de publication
27/04/2021
Afficher/masquer les détails

7 des plus belles œuvres de Schumann à jouer au piano

Nous avons sélectionné pour vous dans cet article sept des plus belles œuvres de Schumann à jouer au piano. Des Papillons à son Album pour la jeunesse en passant par son inoubliable Concerto pour piano en la mineur, immergez-vous dans l’histoire des plus grands chefs-d’oeuvre pour piano de Schumann. Vous pourrez bien évidemment retrouver toutes les partitions avec doigtés dans les applications Tomplay!

La vie et l’oeuvre de Robert Schumann ont deux choses en commun : le romantisme et la passion. Ses tourments et son amour pour Clara Wieck sont le coeur battant de ses compositions. L’éternelle dualité de sa personnalité, illustrée par la coexistence de ses personnages Florestan et Eusebius, se lit aussi dans son inclination pour la littérature tant que pour la musique.

Le petit Robert naît le 8 juin 1810 à Zwickau en Allemagne. Il est le cinquième enfant d’une famille dont le père est libraire, éditeur et écrivain. Tout petit, Robert Schumann se passionne pour la littérature, et rêve de devenir poète. En parallèle, il prend des cours de piano avec l'organiste de la cathédrale et nourrit sa seconde passion pour la musique. Il commence déjà à composer. C’est après le suicide de sa soeur Emilie en 1828 et le décès de son père peu après qu’il va, sur décision de sa mère, suivre des études de droit à Leipzig. Mais les études le passionnent peu, et il passe plus de temps à fréquenter les sociétés musicales et philosophiques de la ville qu’à travailler son droit.

Dans ces salons, il rencontre le facteur de pianos et professeur Friedrich Wieck, chez qui il décide de s’installer pour bénéficier de son expertise. Schumann a 18 ans, il loge chez son nouveau professeur de piano, et fait la rencontre de sa fille, Clara Wieck, de neuf ans sa cadette et déjà prodige.

1. 1829-1831:  Papillons, Opus 2 - VII. Valse. Semplice

▶️ Jouer Papillons, Opus 2 - VII. Valse. Semplice au piano

A cette époque, entre 1829 et 1831, Schumann écrit ses Papillons, Opus 2, une de ses premières compositions abouties. Cette Suite de pièces pour le piano est dédiée à ses trois belles-soeurs, Thérèse, Rosalie et Emilie, et est contemporaine de ses Variations sur le nom « Abegg ».

L’oeuvre, qui met en scène un bal masqué, est directement inspirée du roman L’âge ingrat (Flegeljahre) de l’écrivain allemand Jean Paul. Voici ce que Schumann écrivit en 1832 au sujet de sa Suite :

"Apportez les Papillons à Thérèse, Rosalie et Emilie [...]. Puis, priez-les de lire la scène finale de L'âge ingrat de Jean Paul dès que possible, et dites-leur que les Papillons sont en fait supposés traduire le bal costumé en son, et demandez-leur si peut-être quelque chose de l'amour angélique de Wina, la nature poétique de Walt et l'âme vive de Vult est bien retranscrit dans les Papillons."

Une belle représentation du lien étroit qu’entretiennent la littérature et la musique chez Robert Schumann, qui associa directement des passages de L’âge ingrat à ses Papillons.

Intéressons-nous au n° 7, la ravissante Valse Semplice. C’est au passage suivant qu’elle fut associée par le compositeur : “sécheresse chaude du désert ou chaleur sèche de la fièvre”. C’est un doux interlude qui nous envole grâcieusement vers la rêverie…

Classé en niveau intermédiaire dans notre application Tomplay, la Valse Semplice tirée des Papillons Opus 2  de Schumann est abordable pour les pianistes amateurs avec quelques années de pratique derrières eux! La partition Tomplay contient les doigtés, ainsi qu’un enregistrement réalisé en studio avec un pianiste professionnel pour vous faciliter l’apprentissage. 

2. 1834-1835: Carnaval, Opus 9 – XII. Chopin

▶️ Jouer Carnaval, Opus 9 – XII. Chopin au piano

Au début des années 1830, Schumann souffre de douleurs insoutenables au bras. Les causes en sont incertaines : tendinite due à un effort trop important ? Paralysie de la main droite résultant de l’utilisation de l’une de ses inventions qui devait lui permettre davantage de dextérité ? Maladie vénérienne ? Syphilis ? Quoi qu’il en soit, la privation de sa main le contraindra à abandonner pour toujours une éventuelle carrière de pianiste interprète. C’est maintenant certain : Schumann sera compositeur et uniquement cela.

Les tendances hypocondriaques et dépressives de Schumann s'intensifient à la mort de sa belle-sœur Rosalie, puis de son frère Julius, et enfin avec l'épidémie de choléra qui sévit en Allemagne au cours de l'année 1833.

Schumann compose la Suite Carnaval, Opus 9, entre 1834 et 1835, et la dédie au violoniste polonais Karol Lipiński, très célèbre en Europe à l’époque, qu’il admire beaucoup. 

Sous-titrée Scènes mignonnes sur quatre notes, elle comprend 21 pièces reliées entre elles par le même motif, construit sur une ou deux séries de quatre notes, et décomposables en notation allemande pour former des mots, à la manière d’une énigme (encore une démonstration de la complémentarité des deux arts chez Schumann !).

Son Carnaval est musicalement plus abouti que ses Papillons. Il crée seul l’histoire autour de sa pièce, son illustration musicale et la connivence entre sa musique et les mots. L'œuvre dans son ensemble est une représentation musicale d'un bal masqué élaboré et imaginatif pendant la saison du carnaval. A l’image de sa dualité intérieure grandissante, Schumann fait se succéder dans Carnaval de charmantes harmonies et des accords de piano graves et puissants.

Bien qu’il dédie le douzième mouvement Chopin de cette Suite à Frédéric Chopin, ce dernier aurait dit que Carnaval n'était pas du tout de la musique. Schumann eut deux occasions de rencontrer Chopin, mais celui-ci ne l’accueillit pas, et avait également une basse opinion de son travail. Il aurait également eu accès aux notes de Schumann sur les Papillons, et se serait largement moqué de sa débordante imagination et de son inspiration tout droit sortie d’un livre. 

Le magnifique mouvement “Chopin” de la Suite Carnaval opus 9 est écrit à la manière des Nocturnes du compositeur Polonais. Classé au niveau facile-intermédiaire dans l’application Tomplay, le morceau est abordable. Nous vous proposons dans Tomplay la partition avec doigtés et synchronisée avec l’interprétation du pianiste mondialement connu Wilhelm Kempff. Cette sublime interprétation vous aidera à apprivoiser le morceau et vous en facilitera l’apprentissage! 

3. 1838: Scènes d’enfants, Opus 15 - N° 1 « Gens et pays étrangers » 

▶️ Jouer la Scène d’enfants, Opus 15 - N° 1 « Gens et pays étrangers » au piano

En 1835, Robert Schumann et Clara Wieck échangent leur premier baiser, débutent leur relation amoureuse et désirent s’unir l’un à l’autre, après des années d’échanges et d’admiration réciproque.

Le père de Clara et ancien professeur de piano de Schumann, Friedrich Wieck, s’oppose farouchement à leur union, et organise à Clara une tournée de concerts afin de la tenir éloignée de son prétendant. Mais c’est sans compter sur la passion dévorante des deux amoureux, qui continuent de s’écrire mais surtout, de s’envoyer leurs compositions respectives.

C’est ainsi que, des mois durant, Schumann adapte les compositions qu’il reçoit de Clara, et cette dernière joue en public les oeuvres que son amant lui envoie. De leur passion naît un véritable roman d’amour musical, et pour une fois dans la vie de Schumann, le langage des sons prend le pas sur la littérature. 

A travers ses Scènes d’enfants, Robert Schumann dévoile son intérêt pour le culte romantique de l'enfance. Sont-ce des pièces inspirées de sa propre enfance, de celle de Clara qu’il connut à ses neuf ans, ou un savant mélange des deux ?

Le 17 mars 1838, il écrit à Clara : "Est-ce une réponse à ce que tu m'écrivis un jour, « tu me fais parfois l'impression d'un enfant », s'il en est ainsi, tu verras que des ailes ont poussé à cet enfant car j'ai écrit plus de trente petites pièces et j'en ai choisi une douzaine que je réunirai sous le nom de Scènes d’enfants. Tu prendras sans doute plaisir à les jouer, mais il te faudra oublier que tu es une virtuose. Il faudra te garder des effets, mais te laisser aller à leur grâce toute simple, naturelle et sans apprêt".

Cette année là, il compose également plusieurs chefs-d'œuvre pianistiques dont ses Kreisleriana, contrastant par leur caractère tourmenté, davantage en adéquation avec la période trouble que traverse le compositeur à cette époque.

La première pièce de ce Cycle et une des plus connues, « Gens et pays étrangers », invite à travailler la technique de la main gauche, et à comprendre les deux voix qu’elle réunit, en plus de la mélodie jouée à la main droite. C’est un très bon exercice pour l’indépendance des doigts. Dans l’application Tomplay, vous trouverez la partition avec doigtés. Elle contient également une interprétation du pianiste Vladimir Horowitz que vous pouvez écouter à votre guise et qui facilitera l’apprentissage du morceau.

 

4. 1838: Scènes d’enfants, Opus 15 - N° 7 « Rêverie »

▶️ Jouer la Scène d’enfants, Opus 15 - N° 7 « Rêverie » au piano 

Voici maintenant une autre partition très connue, encore plus que celle présentée ci-avant, extraite du Cycle Scènes d’enfants, la « Rêverie » (“Träumerei”), pièce centrale de l’oeuvre. 

Malgré sa simplicité d’écriture, elle connut un succès immédiat, illustrant une introspection sereine et rêveuse. Au cours des années 1890, la « Rêverie » est apparue dans davantage d'éditions que toute autre œuvre de n'importe quel compositeur dans les pays germanophones.

Les commentaires du compositeur autrichien Alban Berg ont fait écho aux ressentis des mélomanes à l’écoute de la pièce, et sont eux aussi devenus célèbres : "en présence d'une mélodie comme celle-ci, on perd complètement pied. On peut reconnaître sa valeur, on ne saurait la démontrer. Pour faire à son propos l'accord des opinions, l'intelligence ne sera d'aucun secours ; on est sensible à son charme ou on ne l'est pas. Nul argument n'est capable de convertir celui qui refuse d'être ravi par elle, et il n'y a rien à dire à quiconque l'attaque, sinon la lui jouer et s'écrier : « Comme c'est beau ! »"

Pour l’anecdote, “Träumerei” a donné son nom à une rose issue de la maison Kordes, une entreprise familiale allemande de réputation internationale, spécialisée dans la culture de rosiers et l'obtention de nouveaux cultivars.

Vous retrouverez également la partition de la Rêverie de Schumann à jouer au piano dans l’app Tomplay. La partition contient des doigtés ainsi qu’une interprétation célèbre du pianiste Jan Lisiecki qui vous aidera dans l’apprentissage du morceau. 

5. 1839: Carnaval de Vienne, Opus 26 - II. Romanze 

▶️ Jouer le Carnaval de Vienne, Opus 26 - II. Romanze au piano seul

En 1839, Schumann se rend à Vienne, berceau des plus grands compositeurs romantiques, où il tente d’établir sa revue musicale, sans succès, et continue ses échanges épistolaires et musicaux avec Clara. Son père refusant toujours d’accorder la main de sa fille à un homme qu’il qualifie d’ivrogne, leur passion ne s’en trouve que renforcée. Friedrich Wieck ira jusqu’à dénigrer sa fille auprès des directeurs des salles où elle se produit.

C’est son voyage à Vienne qui inspire Schumann pour composer le Carnaval de Vienne. Il écrivit les quatre premiers mouvements sur place et le dernier à son retour à Leipzig l’année suivante.

On assiste alors à une transformation du travail de Schumann, jusque-là fidèle aux formes musicales de l’époque, qui contribue ainsi à achever la métamorphose du classicisme vers le romantisme, initiée par Beethoven et Schubert.

Le deuxième mouvement Romance est probablement le moins virtuose et tient sur une page. C'est sans aucun doute la pièce la plus triste de l'ensemble, mais elle n’en demeure pas moins sublime. Jouez la partition de la Romance tiré du Carnaval de Vienne de Schumann dans l’app Tomplay. Nous proposons la partition avec doigtés. Les nombreuses fonctionnalités disponibles comme la possibilité de s’enregistrer et de se réécouter ou d’annoter la partition et de l’imprimer vous faciliteront l’apprentissage. 

6. 1845: Concerto pour piano en la mineur, Opus 54

▶️ Jouer le Concerto pour piano en la mineur, Opus 54 avec accompagnement orchestre

En 1840, Robert et Clara ont recours à la justice afin d’obtenir l’autorisation de se marier, sans l’aval du patriarche Wieck. Par ailleurs, Schumann gagne contre lui son procès en diffamation. Ils obtiennent l'autorisation de s’unir officiellement, et la cérémonie de mariage a lieu le 12 septembre 1840 à Schönefeld, dans la banlieue de Leipzig.

Son union avec Clara lui inspire de nombreux chefs-d’oeuvre, et il fait la connaissance de Franz Liszt la même année. A cette époque, la complémentarité de Robert et Clara est à son apogée, lui compositeur ne pouvant plus jouer, et elle interprète virtuose ne pouvant composer au grand jour, la composition par les femmes étant très mal vue à l’époque.

Schumann vit dans l’ombre de Clara, véritable star en Europe. Elle mène de front sa carrière de pianiste, sa vie d’épouse et de mère, et met au monde huit enfants, dont six survivront. Par la suite, les tensions entre le couple et Friedrich Wieck s'atténuent. 

Schumann compose son Concerto pour piano en la mineur, Opus 54 en 1845 pour sa femme - à l’instar de la grande majorité de ses oeuvres - et avec ses encouragements. Elle l’interprète en concert pour la première fois le 13 août 1841 à Leipzig, avec leur ami Felix Mendelssohn à la direction de l’ensemble.

La premier mouvement Allegro affettuoso présente un thème d'ouverture farouchement puissant, qui contraste élégamment avec un duo piano et clarinette lyrique. Décidément, le compositeur aime faire coexister les ambiances divergentes ! Le deuxième mouvement Intermezzo est doux et chantant, et enchaîne sans attendre sur le mouvement final Allegro vivace, en reprenant les thèmes précédents pour terminer par un final vibrant.

Nous vous proposons avec Tomplay une expérience unique: jouez le Concerto pour piano en la mineur de Schumann, accompagné par un véritable orchestre! La partition interactive Tomplay est synchronisé avec l’accompagnement orchestre et vous pourrez même ajuster le tempo de la musique pour l’adapter à votre niveau!

7. 1848: Album pour la jeunesse, Opus 68, Livre I - N° 16 Premier souci

▶️ Jouer l’Album pour la jeunesse, Opus 68, Livre I - N° 16 Premier souci au piano 

L'achèvement du Concerto à la mi-juillet 1845 fut suivi d'un effondrement physique total et d'angoisses grandissantes chez le compositeur. 

C'est en septembre 1848 que Schumann rassemble dans son recueil Album pour la jeunesse différentes pièces miniatures écrites sur plusieurs années, conçues de façon pédagogique pour les 7 ans de sa fille Marie. Comme pour ses Scènes d’enfants, il s’inspire de l’univers de l’enfance, mais contrairement à ces dernières, les pièces de l’Album pour la jeunesse sont davantage adressées à un jeune public.

La seizième pièce de ce Cycle, “Premier souci”, présente tout au long du morceau une alternance des voix à la main gauche et à la main droite, et crée un dialogue fluide dans une ambiance nostalgique. Dans l’application Tomplay, vous trouverez la partition du Premier souci, avec doigtés!

 

1849-1856: De la lumière à l’obscurité

1849 voit naître une nouvelle explosion créatrice chez Schumann : lieder, musique pour piano, musique de chambre, ensembles vocaux, chœurs, la période est très prolifique. Il entreprend également une tournée avec sa femme. C’est un succès !

Pourtant, quelques temps après, il s’essaye à la pédagogie et à la direction d’orchestre, expériences non fructueuses, mal accueillies par la critique. C’est le début de la descente au enfers pour Robert Schumann, qui voit sa santé physique et mentale se dégrader de jour en jour.

En 1854, Schumann souffre d’hallucinations auditives qui lui font entendre un thème qu’il couche sur papier. Mais, peu satisfait du résultat, il l'interprète comme une mise en garde divine. Quelques jours après, il traverse la ville (Düsseldorf) sous la pluie en pantoufles, et se jette dans le Rhin. Il est repêché et conduit en hôpital psychiatrique, duquel il ne sortira pas...

Pendant ce long séjour d’internement, il ne verra plus Clara, qui ne lui annonce pas non plus la naissance de leur fils Felix. Elle lui écrit quelques lettres tardives et rares. Néamoins, l’état de Schumann s’améliore, et il reçoit les visites de Brahms et de leur ami violoniste Joseph Joachim. Les médecins évoquent un éventuel retour à la maison, auquel Clara s’oppose, ne désirant pas accueillir son mari “à demi guéri”.

Le compositeur perd tout espoir. Il écrit sa dernière lettre à Clara, brûle les siennes, et refuse de s’alimenter. Sur son lit de mort, Clara lui rend enfin visite. Robert Schumann s’éteint dans l’après midi du 29 juillet 1856. Clara écrira : “Il me souria, et d'un grand effort m'enserra dans ses bras. Et je ne donnerais pas cette étreinte pour tous les trésors du monde”.

Robert Schumann laisse derrière lui une musique à son image : tantôt baignée d’euphorie et d’amour, tantôt tourmentée et grave, mais toujours imaginative, déclamatoire et mystérieuse.

 

A vos claviers ! Jouez du Schumann avec Tomplay

Tomplay propose un catalogue de plus de 20,000 morceaux pour tous instruments et niveaux. Chaque partition est synchronisée avec un enregistrement audio professionnel que vous pourrez écouter ou utiliser comme accompagnement. Les nombreuses fonctionnalités disponibles comme la possibilité de ralentir le tempo de l’accompagnement, de vous enregistrer et de vous réécouter ou d’entraîner des passages spécifiques en boucle vous faciliteront l’apprentissage du morceau. 

▶️ Téléchargez l’app Tomplay pour iPad ou iPhone

▶️ Téléchargez l’app Tomplay pour Android 

▶️ Utilisez Tomplay sur PC/Mac

Ajouter un commentaire...

  • Andre Brosseau
    01/05/2021
    Wonderful presentation of Schumann. Thank you.
    Votre commentaire sera publié une fois approuvé
    Annuler
Nous utilisons des cookies sur ce site pour assurer le meilleur service possible. En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.