Nous utilisons des cookies sur ce site pour assurer le meilleur service possible. En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.

8 des plus belles œuvres de Rachmaninoff à jouer au piano

Écrit par
Gwenn Daniel
A propos de l'auteur
Passionnée par la musique depuis son plus jeune âge, Gwenn Daniel a étudié le piano au conservatoire tout en ayant une activité musicale soutenue en dehors. C'est avec une curiosité toujours en éveil que cette jeune professeur de piano nous fait découvrir la musique de toutes les époques et de tous les styles. Elle met aujourd'hui ses talents littéraires et musicaux au service de Tomplay, prenant plaisir à vous faire découvrir l'histoire des grands classiques et à vous guider dans le vaste choix de partitions proposées par Tomplay.
Date de publication
17/05/2021
Afficher/masquer les détails

8 des plus belles œuvres de Rachmaninoff à jouer au piano

Nous avons sélectionné pour vous dans cet article huit des plus belles œuvres de Rachmaninoff à jouer au piano. De ses Préludes à sa Rhapsodie sur un thème de Paganini en passant par son célèbre Concerto pour piano n° 2, immergez-vous dans l’histoire des plus grands chefs-d’oeuvre pour piano de Rachmaninoff. Vous pourrez bien évidemment retrouver toutes les partitions avec doigtés et accompagnements dans les applications Tomplay en suivant les liens !

Sergueï Vassilievitch Rachmaninov naît le 2 avril 1873 dans un grand domaine près de Novgorod en Russie. Il est le quatrième de six enfants issus de parents nobles, et vit dans un domaine familial où il passe une enfance heureuse, baigné dans cet univers artistique et musical qu’était celui de l’aristocratie russe de l’époque.

Rêveur, parfois mélancolique mais travailleur, le petit Sergueï étudie la musique avec sa mère à partir de 4 ans, et continue au Conservatoire de Saint-Pétersbourg. Entre douze et seize ans, il est l’élève du professeur Nikolaï Zverev, ami d'Anton Rubinstein et de Tchaikovsky.

Zverev est un pédagogue renommé et respecté, pour sa rigueur mais aussi pour sa sévérité. Il loge chez lui quelques élèves talentueux de sa classe de conservatoire, qui doivent se soumettre à une discipline de travail draconienne. Ce professeur exigeant tient à donner à ses élèves une grande ouverture culturelle en leur ouvrant sa bibliothèque, et en les faisant assister à des représentations théâtrales, à des concerts et à des opéras. 

Il invite les grands musiciens de passage à Moscou à venir écouter ses petits protégés. Le jeune Sergueï y rencontre notamment Tchaïkovski, qui apprécie déjà ses dons de jeune pianiste, et qui inspire l’élève au plus haut point. Très vite, Rachmaninoff souhaite se mettre à composer. Mais il entre en conflit avec son maître, qui juge la pratique du piano à un niveau d’excellence, incompatible avec la composition …

1892 : Morceaux de fantaisie, Opus 3 – N° 2 Prélude en do dièse mineur

▶️ Jouer le Prélude n° 2 en do dièse mineur au piano seul

Avide de liberté et de composition, fatigué des rudes séances de travail imposées par son professeur, Sergueï s’en va vivre chez sa tante et ses cousins Satine, qui l’emmènent tous les étés passer du temps dans leur magnifique résidence d’Ivanovka. C’est là qu’il est électrisé par passion et l’inspiration, et compose notamment son célèbre Prélude n° 2 en do dièse mineur ...

Extrait des cinq Morceaux de fantaisie, Opus 3, le Prélude n° 2 en do dièse mineur est une des pièces pour piano les plus célèbres de Rachmaninoff, mais aussi une de ses premières compositions.

Rachmaninoff n’a que 19 ans lorsqu’il le couche sur papier en 1892, et entame simultanément une carrière de virtuose. La célébrité de ce Prélude a démarré de son vivant, alors même qu’il ne le tenait pas spécialement en estime ...

Le thème en accords joué par les deux mains dans la première partie Lento, est suivi par de larges arpèges ternaires à la main droite sur des basses à la main gauche dans la deuxième partie Agitato.

Dans la troisième partie, l’on reprend le thème à deux mains de façon plus développée : les accords sont plus riches, plus lourds et joués triple forte. Le thème apparaît beaucoup plus démonstratif et déclamatoire, et nécessite une bonne endurance.

L'intensité diminue brusquement sur deux mesures et le morceau s'achève sur des accords de plus en plus calmes, rappelant le son des cloches, une des grandes caractéristiques de l'écriture pianistique de Rachmaninoff.

Bien qu’accessible et parmi les pièces les plus faciles de Rachmaninoff, son exécution n'est pas aisée malgré le tempo lent : le thème en accords nécessite une bonne force, une bonne coordination des doigts et une bonne assise de la main pour atteindre, sans quitter le clavier, toutes les notes de l'accord simultanément. De plus, main droite et main gauche se chevauchent en permanence dans la première partie.

Le morceau semble assez éprouvant à jouer, mais ce n'est qu'une apparence. Il n'est pas non plus nécessaire d'avoir des mains spécialement grandes pour le jouer, les accords ne dépassant pas l'octave.

Rachmaninoff était amateur de cinéma ; lors d'une visite aux studios Walt Disney avec Horowitz, il vit un film de Mickey, The Opry House dans lequel la souris joue le rôle d'un pianiste, interprétant ce célèbre Prélude. Il dira : « J'ai entendu mon inévitable Prélude défendu par quelques-uns des meilleurs pianistes, cruellement massacré par d'autres, mais aucune interprétation ne m'a jamais autant remué que celle du grand maestro Mickey Mouse » !

Jouez le Prélude n° 2 en do dièse mineur au piano seul avec Tomplay, et profitez de l’enregistrement professionnel du morceau synchronisé avec la partition, à écouter pour le plaisir ou pour vous en inspirer !

1892 : Morceaux de fantaisie, Opus 3 - N° 1 Elégie en mi bémol mineur

▶️ Jouer l'Élégie n° 1 en mi bémol mineur au piano seul

A Ivanovka, il tombe amoureux de sa cousine Natalia, qui deviendra plus tard son épouse. Il obtient son examen de piano en 1891 et écrit ses Morceaux de fantaisie en 1892, ainsi que son opéra en un acte, Aleko, soutenu par Tchaïkovski, et pour lequel il obtient un prix de composition avec un an d'avance.

Continuons à explorer les Morceaux de fantaisie : le titre de ce cycle reflète davantage le caractère des pièces, plutôt que leur forme musicale, car aucune n'est réellement “fantaisiste” dans sa structure. 

Rachmaninoff les joue pour la première fois en public à Kharkov le 27 décembre 1892, et deux mois plus tard, jour pour jour, il donne à Tchaïkovski - son idole et mentor - les premiers exemplaires de la série nouvellement publiée.

Sergueï Rachmaninoff est mieux connu pour ses Préludes explosifs que pour ses Elégies contemplatives. Pourtant, la douceur et la fluidité inattendues de l'Élégie en mi bémol mineur, première pièce du cycle, se distingue des autres créations typiques du compositeur.

L'Élégie ne se pare pas du caractère dramatique du célèbre Prélude en ut dièse mineur, présenté précédemment. Ici, la douce mélancolie de la pièce invite davantage à une introspection sereine. Elle ne gagne pas l'auditeur avec un air accrocheur, mais capture plutôt le cœur avec sa légèreté et sa limpidité, illustrant à merveille le génie du compositeur dans ce style qu’il a pourtant si peu exploré. 

Pianiste au multiples facettes, à la fois sensible et grand technicien, Rachmaninoff nous surprend encore à travers cette oeuvre qui modifie nos attentes à son écoute, changeant souvent de cadences harmoniques et de schémas rythmiques. La mélodie de la main gauche ne surpasse pas la main droite : elle lui fait écho et la soutient.

L'Élégie ne sait pas rentrer pas dans une case : elle est triste sans être déprimante, mélancolique sans être banale, à l’image de nos émotions, complexes, en perpétuelle évolution.

Jouez l'Elégie en mi bémol mineur au piano seul avec Tomplay, et profitez de l’enregistrement professionnel du morceau synchronisé avec la partition, à écouter pour le plaisir ou pour vous en inspirer ! 

1900 : Concerto pour piano n° 2, Opus 18 - I. Moderato

▶️ Jouer le premier mouvement Moderato du Concerto pour piano n° 2, Opus 18 avec accompagnement orchestre

Rachmaninoff poursuit avec succès et brio sa carrière de compositeur et de pianiste, qui l’amène à voyager à travers l’Europe. Mais l’aventure prend une tout autre tournure à la création de sa Première Symphonie, qui se révèle désastreuse ...

Intéressons-nous au Concerto pour piano n°2 en ut mineur. C’est incontestablement l’œuvre la plus populaire de Rachmaninoff. Pourtant, quand il en écrit les premières notes vers 1900, il est au plus mal. 

Sa Première Symphonie créée en 1897 sous la direction du chef d’orchestre Alexandre Glazounov est un échec. On dit que ce dernier était ivre, et la représentation fut un fiasco … Rachmaninoff ne parvint même pas à entrer dans la salle de concert le soir de la première. Les critiques furent impitoyables. L’oeuvre porte en épigraphe : « c'est à moi qu'appartient la vengeance ».

Le compositeur tombe alors dans une dépression nerveuse qui durera plus de trois ans. C’est le neurologue Nikolaï Dahl - aussi bon musicien amateur, avec qui il fit une cure d’hypnose, qui lui suggère d’écrire un second Concerto pour piano. C’est ainsi qu’il sort définitivement de la dépression, et dédie son Concerto à son médecin et ami.

Le 27 octobre 1901, le Concerto n° 2 est créé à la Société philharmonique de Moscou et connaît un succès retentissant !

Le premier mouvement Moderato commence uniquement au piano qui prend alors des allures de cloches d’églises, fidèles aux partitions de Rachmaninoff. S’enchaîne alors une tempête de thèmes variés où le piano et l'orchestre s’entremêlent et se complètent, pour déboucher sur une fin grandiose. 

A travers ce premier mouvement, le compositeur semble mettre en scène l’exorcisme de ses souvenirs les plus sombres et douloureux, qui l’auraient mené jusqu’à l’effondrement.

Jouez le premier mouvement Moderato du Concerto pour piano n°2 en ut mineur disponible en plusieurs niveaux de difficulté, et avec un accompagnement orchestre véritable : nous avons enregistré des musiciens d'orchestre professionnels en studio, afin de vous offrir un accompagnement d’une qualité incomparable.

1900 : Concerto pour piano n° 2, Opus 18 - II. Adagio sostenuto

▶️ Jouer le deuxième mouvement Adagio sostenuto du Concerto pour piano n° 2, Opus 18 avec accompagnement orchestre

Dans cette fabuleuse pièce maîtresse qu’est le Concerto pour piano n° 2, la musicalité appelle toujours la virtuosité - une virtuosité d’interprétation aussi bien qu'une virtuosité technique - qui intensifie les développements musicaux plutôt que de les faire s'enchaîner.

Jouer le Concerto pour piano n° 2 de Rachmaninoff n’est pas une mince affaire, surtout pour les pianistes ayant des petites mains ou des doigts épais, les motifs en filigrane nécessitant à la fois une large ouverture de la main et un contrôle précis du poids des doigts.

A l’écoute du second mouvement Adagio sostenuto, le musicien semble renaître de ses cendres et revenir à la vie. Son état reste fragile, mais l’espoir renaît en lui.

Ce Concerto a largement inspiré de grandes créations musicales de toutes les époques, et le second mouvement a notamment servi de base au thème du tube Pop-Rock de 1976 “All by Myself” d'Eric Carmen, et au hit “Life on Mars?” de David Bowie. 

Jouez le deuxième mouvement Adagio sostenuto du Concerto pour piano n°2 en ut mineur disponible en plusieurs niveaux de difficulté, et avec un accompagnement orchestre véritable : nous avons enregistré des musiciens d'orchestre professionnels en studio, afin de vous offrir un accompagnement d’une qualité incomparable.

Grâce à notre collaboration avec Deutsche Grammophon, la partition originale de ce second mouvement contient l'enregistrement mythique du pianiste Sviatoslav Richter, à écouter pour le plaisir ou pour vous en inspirer !

1901 : Suite n° 2, Opus 17

▶️ Jouer la Suite n° 2, Opus 17, avec accompagnement piano

C’est au moment de l’écriture et du succès de son deuxième Concerto pour piano et après un regain d’estime et d’enthousiasme que Rachmaninoff compose les quatre mouvements Introduction, Valse, Romance et Tarantelle de sa Suite n° 2 pour deux pianos.

L'œuvre est affirmée et audacieuse dès le commencement. La solide marche d'ouverture en Introduction précède une Valse étincelante, première des deux danses de l'œuvre, qui présente une mélodie mûrement romantique rythmée en accords sur un accompagnement fluide, une autre grande caractéristique de l’écriture de Rachmaninoff.

Le troisième mouvement Romance est magnifiquement conçu, et déborde de lyrisme et de fantaisie. L'essentiel du mouvement est introspectif, mais l'apogée centrale passionnée revisite le monde expressif de la Valse précédente.

Rachmaninov ferme sa seconde Suite avec une autre danse, la Tarentelle. Là encore, on retrouve le compositeur au meilleur de lui-même, créateur d’un final exigeant une virtuosité stupéfiante des deux pianistes.

Dans toute la Suite, Rachmaninoff combine les deux parties de piano de manière à ce qu'elles se fondent l’une dans l’autre, comme pour créer une entité indivisible. 

Sergueï Rachmaninoff et son cousin et professeur Alexander Siloti - également réputé pour son talent au piano - ont créé l'œuvre le 24 novembre 1901 avec succès, lors d'un concert de la Société philharmonique de Moscou. Un symbole fort de renouveau pour son créateur jadis découragé.

Jouez la Suite n° 2, Opus 17 avec accompagnement piano : choisissez de jouer la partie piano Primo ou Secondo, accompagné par un enregistrement professionnel de l’autre piano ! 

1901 : 10 Préludes, Opus 23 - N° 5 Alla marcia

▶️ Jouer le Prélude n° 5 Alla marcia, Opus 23 au piano seul

Les 10 Préludes de Rachmaninoff sont techniquement exigeants tout en restant accessibles. Parmi ceux-ci, le Prélude n° 5 en sol mineur Alla marcia, premier né de la série, est le plus connu. Il évoque la force et l’immensité du pays natal du compositeur russe, ainsi que la puissance et la richesse de sa culture.

Nous savons que la musique de Rachmaninoff est renommée pour sa grande maîtrise technique requise, et ce Prélude ne fait pas exception : le premier thème nécessite beaucoup de grands déplacements à la main gauche. Le deuxième, quant à lui, peut quasiment être considéré comme une étude, au vu des arpèges incessants joués à la main gauche et la mélodie polyphonique à la main droite.

 En étudiant une pièce aussi puissante, il est important de ne pas se laisser emporter par son côté romantique et passionné, afin de conserver l’interprétation qu’elle requiert et de ne pas installer de mauvaises habitudes.

Jouez le Prélude n° 5 Alla marcia, Opus 23 au piano seul avec Tomplay, et profitez de l’enregistrement professionnel du morceau synchronisé avec la partition, à écouter pour le plaisir ou pour vous en inspirer ! 

1912 : 14 Romances, Opus 34 - N° 14 Vocalise

▶️ Jouer la Vocalise, Opus 34 au piano seul

Les quinze premières années du 20ème siècle sont quinze belles années pendant lesquelles Rachmaninoff vit heureux et aisément, notamment dans la propriété des Satine près de Moscou où il n’a jamais cessé d’aimer se réfugier l'été pour se reposer de ses nombreuses tournées, et pour composer.

La fabuleuse Vocalise que nous vous présentons ici achève le recueil des 14 Romances, Opus 34 de Rachmaninoff. Elle fut à l’origine écrite pour chant soprano ou ténor avec accompagnement piano, et sans paroles, afin de n’être chantée que sur une voyelle.

D'une grande expressivité, ce morceau révèle à la fois un grand bonheur et une profonde tristesse. C'est une musique grave et sacrée.

Elle fut composée en 1912 et publiée pendant les jours sombres de la première Guerre en 1915, période également marquée par la mort de son ami le compositeur Alexandre Scriabine. Une autre rude période débute alors pour Sergueï Rachmaninoff ...

Jouez la Vocalise, Opus 34 au piano seul avec Tomplay, et profitez de la fonctionnalité mains séparées, vous permettant d’exercer une main accompagné par un enregistrement haute qualité de l’autre main !

1934 : Rhapsodie sur un thème de Paganini, Opus 43

▶️ Jouer la Rhapsodie sur un thème de Paganini, Opus 43

Le début de Grande Guerre met fin à la période la plus heureuse de la vie de Rachmaninoff. Il voit sa nécessité créative réprimée, et des pensées de mort le tourmentent. Au début de l’année 1916, l'anxiété du compositeur se transforme en une crise émotionnelle occasionnant des douleurs physiques, vraisemblablement de nature psychosomatique.

 La conduite de la guerre est un désastre pour son pays, et bientôt survient la Révolution d'Octobre, qui le force à quitter définitivement son pays natal tant aimé …

Parti avec “ses mains pour seul capital” comme lui dira l’un de ses amis avant son exil, il entame à 44 ans une nouvelle vie, et avec son ami Nikolaï Medtner, une carrière de pianiste virtuose à temps plein.

La nécessité de travailler intensément l'instrument et de se bâtir un répertoire l'éloigne de la composition. Ses tournées aux États-Unis et en Europe, qu'il lui arrive d'assimiler à des travaux forcés, lui assurent malgré tout une vie matérielle très confortable.

À l'automne de l'année 1930, Sergueï Rachmaninov a 57 ans. Lui qui n'aime rien tant que la vie de famille et qui voyage par obligation professionnelle, est fatigué, saturé de concerts et affecté par l'échec de son quatrième Concerto pour piano.

Il décide alors de rentrer en Europe où il fait construire une maison en Suisse qu'il baptise Sénar, de son prénom et de celui de sa femme Natalia, complétés par le “r” de “Rachmaninoff”. Il est heureux dans cette demeure qui lui rappelle la maison de ses cousins Satine, et il compose, travaille au jardin et s'occupe avec tendresse de ses deux petits-enfants.

La dernière oeuvre que nous avons souhaité vous présenter est une oeuvre grandiose qui porte le nom de Rhapsodie. Pourtant, elle est en réalité structurée sur le principe du thème et variations.

Il y en a vingt-quatre, toutes basées sur le Caprice pour violon seul n° 24 de Niccolò Paganini. Avant Rachmaninoff, Johannes Brahms dans ses Variations sur un thème de Paganini et Franz Liszt dans ses Six Études d'après Paganini avaient déjà exploité ce thème.

Bien que l'œuvre soit destinée à être exécutée d'un seul tenant, on peut la diviser en trois sections qui correspondraient aux trois mouvements d'un concerto. Il ne serait alors pas insensé de penser que cette Rhapsodie est en fait le cinquième Concerto pour piano déguisé de Rachmaninoff.

C’est surtout la 18ème variation qui a fait la réputation de cette œuvre, expression ultime et emblématique du romantisme tardif de Rachmaninoff. On pourrait croire qu’elle n’a rien à voir avec Paganini ; pourtant, quand on y regarde de plus près, on peut s’apercevoir que ce génie de compositeur a en fait inversé les notes du thème de Paganini, en utilisant une symétrie horizontale !

La partition Tomplay de la Rhapsodie sur un thème de Paganini, Opus 43 est synchronisée avec un accompagnement orchestre professionnel, enregistré en studio par nos soins : lancez la piste audio de l'orchestre seul qui fera défiler votre partition automatiquement, et jouez accompagné par l’orchestre depuis votre salon !

L’oeuvre ultime.

En 1941, Rachmaninoff, qui ne compose plus que très rarement, couche sur papier sa dernière œuvre, les Danses symphoniques, une allégorie de la vie. Il obtient la nationalité américaine après l’achat d’une maison à Beverly Hills et vers 1942, il ressent les douleurs d'un cancer du poumon qui l'emporte le 28 mars 1943, à l'âge de 69 ans. Il est enterré selon ses dernières volontés dans l’Etat de New York, loin d’Ivanovka.

Ainsi s’achève l’histoire de ce compositeur et pianiste russe légendaire, émigré après la révolution communiste de 1917 et devenu l'une des stars de concert les mieux payées de son temps, l'un des pianistes les plus influents du 20ème siècle, et l’un des plus grands compositeurs de la fin de la période romantique.

Tout au long de cet article, nous avons choisi d’orthographier “Rachmaninoff” à la mode Européenne, et cela parce que Sergueï Vassilievitch Rachmaninov a toujours écrit son nom en lettres latines Serge Rachmaninoff, avec son prénom en français et deux “f” à la fin de son nom. Cette adaptation lui a sans doute permis, au-delà d’exporter sa musique plus facilement, d’éviter que son patronyme ne soit écorché par les Européens !

Retrouvez toutes les partitions de Rachmaninoff dans le catalogue Tomplay pour piano, et profitez des nombreuses fonctionnalités de l’application pour travailler ces oeuvres sublimes et souvent complexes, dans les meilleures conditions.

Ajouter un commentaire...

  • 17/10/2020
    Absolument intéressant, Mil MERCI! J'espère pouvoir vous relire encore et encore. Amitié,
    Votre commentaire sera publié une fois approuvé
    Annuler
    • Tomplay
      14/01/2021
      Merci beaucoup pour votre chaleureux commentaire ! Au plaisir
      Votre commentaire sera publié une fois approuvé
      Annuler
  • Arthur Arapetian
    19/03/2021
    Thank your for the very interesting blog. I have just yesterday discovered for myself Rachmaninoff . YouTube suggested for me to wacht the second piano concerto by Rachmaninoff. I liked it very much! Rachmaninoff is now my third favorite composer with Mozart and Bach.
    Votre commentaire sera publié une fois approuvé
    Annuler