Nous utilisons des cookies sur ce site pour assurer le meilleur service possible. En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Les 10 plus beaux morceaux de Bach à jouer au piano

Écrit par
Gwenn Daniel
A propos de l'auteur
Passionnée par la musique depuis son plus jeune âge, Gwenn Daniel a étudié le piano au conservatoire tout en ayant une activité musicale soutenue en dehors. C’est avec une curiosité toujours en éveil que cette jeune professeur de piano nous fait découvrir la musique de toutes les époques et de tous les styles. Elle met aujourd’hui ses talents littéraires et musicaux au service de Tomplay, prenant plaisir à vous faire découvrir l’histoire des grands classiques et à vous guider dans le vaste choix de partitions proposées par Tomplay.
Date de publication
18/05/2021
Afficher/masquer les détails

Les 10 plus beaux morceaux de Bach à jouer au piano

Nous avons sélectionné pour vous dans cet article dix des plus belles œuvres de Bach à jouer au piano. Immergez-vous dans l’histoire de leur composition et choisissez quel morceau vous souhaitez déchiffrer et jouer ! Vous pourrez retrouver toutes les partitions pour piano avec doigtés dans l’application Tomplay.

1. Le Clavier bien tempéré, Livre I – Prélude et Fugue n° 1 en do majeur, BWV 846

▶️ Jouer le Prélude et Fugue n° 1 en do majeur, BWV 846

▶️ Voir les Collections Tomplay des deux livres du Clavier bien tempéré

La famille Bach est la famille de musiciens la plus prolifique de l’histoire, et Jean-Sébastien Bach son membre le plus éminent. C’est en Allemagne centrale que s’est déroulée sa carrière, sinon sa vie. Au service de petites municipalités sans grande importance, puis à Leipzig où on ne lui manifestait que peu de reconnaissance, il n’obtint jamais un poste à la hauteur de son talent.

Issu du premier livre du Clavier bien tempéré, le Prélude et Fugue n° 1 en ut majeurBWV 846 compte parmi les œuvres les plus célèbres de Bach et occupe une place particulière au sein de la musique classique. Sa simplicité apparente n’enlève rien à sa perfection, et pour cause : il fut remanié plusieurs fois par le compositeur avant de connaître sa forme définitive.

Cette composition tout en arpèges fut, de bien des manières, transcrite, arrangée, réinterprétée, et l’est encore aujourd’hui par des artistes contemporains. L’Ave Maria de Gounod, qui marie aux arpèges un texte en latin, reste à cet égard une reprise majeure du Prélude.

Bach compose le premier livre du Clavier bien tempéré en 1722, alors qu’il travaille à Köthen pour le prince Léopold d'Anhalt-Köthen. Le second livre fut écrit vingt-deux ans plus tard, à Leipzig. Dans les années 1770, ces deux livres devinrent une référence en matière de musique, et furent notamment étudiés par Haydn et Mozart.

Il y a trois intérêts pédagogiques à ce Prélude : d’abord, la simplicité du déchiffrage. L’alternance des deux mains et les accords arpégés facilitent grandement la lecture et le rendent accessible aux élèves peu expérimentés.

Concernant ensuite son interprétation, elle ne présente pas vraiment de subtilité, puisque l’œuvre a été composée pour clavecin ; il est alors admis de travailler sur sa propre interprétation.

Enfin, son style se rapproche de celui d’une étude, et permet de travailler la régularité.

Aidez-vous des nombreuses fonctionnalités de Tomplay pour apprendre ce Prélude dans les meilleures conditions : ajustez le tempo du métronome pour déchiffrer, annotez votre partition et travaillez les passages délicats en boucle, et écoutez l’interprétation Deutsche Grammophon de Maurizio Pollini, pour le plaisir ou pour vous en inspirer.

2. Adagio en ré mineur, BWV 974

▶️ Jouez l’Adagio en ré mineur, BWV 974

C’est son père puis son frère qui s’occupèrent de l’éducation musicale du petit Jean-Sébastien, mais le jeune prodige était aussi un autodidacte curieux de ses homologues passés ou contemporains, désireux de comprendre et de découvrir d’autres œuvres et d’autres styles afin de développer et polir son style de composition.

Très curieux de découvrir le travail de ses voisins, Bach se renseigna sur bon nombre de compositeurs français et italiens, tels que Lully, Couperin et Rameau, ou encore Vivaldi, Corelli et Albinoni.

C’est à Weimar, où il était organiste et premier violon à la cour, qu’il eut l’occasion de lire la partition du Concerto pour hautbois en ré mineur d’Alessandro Marcello. Touché par l’œuvre, il décide de la transcrire pour clavecin seul et donne vie à l’Adagio en ré mineur BWV 974.

Il reste aussi fidèle que possible au texte d’origine, modifiant toutefois le discours musical par l’ajout de variantes rythmiques, ou par un enrichissement harmonique. L'ornementation de cette transcription est l'une des plus réussies de la période baroque, c’est une référence en la matière.

Interprétez l’Adagio en ré mineur au piano seul avec Tomplay : la partition défile automatiquement sur votre écran, pour que vous n’ayez jamais à tourner les pages. De plus, la fonction mains-séparées vous permet d’exercer une main, accompagné par l’enregistrement professionnel de l’autre main.

3. Jésus que ma joie demeure, BWV 147

▶️ Jouez « Jésus que ma joie demeure », BWV 147 au piano seul

▶️ Jouez « Jésus que ma joie demeure », BWV 147 à quatre mains

Jean-Sébastien Bach maîtrisait plusieurs instruments, le violon, l’alto, mais par-dessous tout : le clavecin et l’orgue. Il était capable de jouer à première vue, d’improviser à plusieurs voix, et était aussi reconnu dans le domaine de l’expertise de facture instrumentale.

Voici une autre pièce incontournable du répertoire de Bach : « Jesus bleibet meine Freude », incorrectement traduit en français « Jésus, que ma joie demeure » (« Jésus demeure ma joie » étant une traduction plus fidèle), est le Choral de fermeture de Herz und Mund und Tat und Leben (« Le cœur, et la bouche, et l'action, et la vie »), BWV 147, Cantate religieuse composée à Leipzig et interprétée à l’occasion de la fête de la Visitation de la Vierge Marie.

Cette œuvre fut composée pour quatre solistes plus un chœur à quatre voix mixtes (soprano, alto, ténor et basse), ainsi que pour trompette, hautbois, violon, viole et basse continue.

La mélodie du Choral est essentiellement composée de triolets, et cela dès son commencement. Plusieurs arrangements de cette œuvre existent pour piano seul, mais aussi pour quatre mains.

La version pour piano seul figurant dans le catalogue Tomplay inclut une interprétation de Rafal Blechacz, à écouter pour le plaisir ou pour vous en inspirer. Quant à notre version pour quatre-mains, elle offre les enregistrements professionnels des deux parties (primo et secondo), afin de vous permettre d’interpréter l’une ou l’autre des parties avec un accompagnement, même si vous jouez seul.

4. Le Clavier bien tempéré, Livre I – Prélude et Fugue n° 2 en do mineur, BWV 847

▶️ Jouez le Prélude et Fugue n° 2 en do mineur, BWV 847

Bach ne créa pas de forme musicale nouvelle. D’ailleurs, il était plutôt conservateur malgré sa curiosité qui lui fit expérimenter tous les styles, à l’exception de l’opéra. Bach est le maître de l'équilibre entre contrepoint et harmonie.

Si le premier Prélude du premier livre du Clavier bien Tempéré est accessible dès la première année de piano, ce n’est pas le cas de ce second Prélude aux sonorités espiègles, empruntant au style d'une Toccata tumultueuse et entêtée, en mouvement perpétuel.

Le Prélude se présente tel une étude à deux voix, où le mouvement des deux mains forme une symétrie, comme face à un miroir. Travailler cette œuvre est parfait pour développer l’indépendance des mains et pour délier les doigts. Elle permet aussi d’exercer sa vélocité, et l’on ne peut s’ennuyer face aux multiples possibilités d’interprétation qu’offre cette composition.

Grâce à notre partenaire Deutsche Grammophon, écoutez l’interprétation de Maurizio Pollini synchronisée avec le défilement de la partition, pour le plaisir ou pour l’inspiration.

5. Suite n° 2 en si mineur, BWV 1067 - VII. Badinerie

▶️ Jouez nos arrangements de la Badinerie pour piano

Bach était souvent considéré par ses contemporains comme un personnage froid et sévère, peu accessible. Après avoir transmis son savoir à ses élèves et à ses fils, il consacra la fin de sa vie à réunir, classifier ou mettre au propre certaines de ses œuvres, constituant ainsi un genre de « testament musical ».

Comme dans la plupart des Ouvertures de Bach, un final très gai achève la deuxième Suite. La Badinerie, joyeuse et allègre, présente une difficulté d’interprétation certaine pour le soliste qui doit prouver sa valeur tout au long de cette Suite.

Elle est construite sous la forme d’un concerto italien sur des fondations bel et bien allemandes. Sa composition fut largement inspirée par Lully, instigateur du modèle de ce genre de Suite parisienne à la cour du roi Louis XIV. L’on s’est même interrogé sur la relative absence de Suites dans le répertoire de Bach, et il en fut conclu qu’il ne se reconnaissait pas une véritable maîtrise du genre pour en publier davantage. Étonnant quand on connait leur succès !

S’exercer à jouer la Badinerie est un excellent moyen de travailler sa vélocité et son interprétation. De plus, nos arrangements de cette œuvre pour plusieurs niveaux la rendent accessible à tous les pianistes ! Diminuez le tempo pour travailler lentement avec l’accompagnement orchestre professionnel synchronisé avec la partition, et aidez-vous grâce à la fonction « annoter la partition », ou optez pour nos arrangements pour piano solo.

6. Air de la 3ème suite en ré majeur

▶️ Jouez nos arrangements de l’Air de la troisième Suite en ré majeur au piano seul

De son vivant, Bach était peu connu en dehors de l’Allemagne. Après sa mort, son œuvre fut considérée comme passée de mode, avant d’être redécouverte au 19ème siècle, et d’être considérée comme l’aboutissement absolu de la tradition musicale baroque.

C’est à présent à la troisième Suite en ré majeur, BWV 1068 que nous allons nous intéresser. Contrairement aux Concertos Brandebourgeois, ces Suites sont indépendantes les unes des autres. Des spécialistes expliquent même que les mouvements seraient des assemblages, tantôt de compositions récentes ou dédiées, tantôt de remaniements d’œuvres antérieures.

Le fameux Air de la troisième Suite est le second mouvement de cette Ouverture pour orchestre. Sa mélodie solennelle est comme suspendue dans le temps, et nous renvoie aux instants festifs des cour prestigieuses de l’époque.

Nous avons arrangé ce sublime Aria pour piano seul, en trois niveaux de difficulté. Évadez-vous en interprétant cette œuvre, quel que soit votre niveau, et écoutez l’enregistrement professionnel du morceau inclus avec la partition pour vous aider dans la mise en place et l’interprétation de l’œuvre.

7. Concerto n° 1 en ré mineur, BWV 1052

▶️ Jouez le Concerto n° 1 en ré mineur, BWV 1052

En un peu plus de dix ans, Jean-Sébastien Bach se fait un nom parmi les très grands musiciens et compositeurs de son époque. A la chapelle du duc de Saxe-Weimar, il a pour ambition de devenir maître de chapelle (Herr Kapellmeister) mais on lui refuse le poste. Le duc le jette alors en prison pour le punir de son entêtement à vouloir occuper un tel poste dans une autre chapelle, celle de la cour de Köthen.

Bach écrivit huit Concertos pour clavecin seul (BWV 1052 à 1059). Il était alors directeur des concerts du Collegium Musicum de Leipzig, et devait sans cesse fournir de nouvelles pièces, en renouvelant dans le même temps le répertoire de ses propres fils.

C’est pour ces raisons que le compositeur arrangea pour piano quelques-unes de ses œuvres antérieures, comme ce fut le cas du Concerto n° 3 en ré majeur, BWV 1054, directement inspiré du Concerto pour violon en mi majeur BWV 1042.

Concernant le Concerto n° 1 en ré mineur, BWV 1052, il en existe plusieurs versions. Une démonstration de l’affection du compositeur pour cette œuvre qu’il a plusieurs fois revisitée.

Appuyez-vous sur les fonctions de Tomplay pour mettre en place un ou plusieurs mouvements de ce brillant Concerto, et jouez accompagné par l’enregistrement orchestre professionnel, enregistré par nos soins.

8. Invention n° 1 en do majeur, BWV 772

▶️ Jouez l’Invention n° 1 en do majeur, BWV 772

▶️ Jouez les 15 inventions à deux voix, BWV 772 – 786

Après avoir réussi à se libérer de ses anciennes obligations professionnelles, Bach doit faire face au décès de sa première épouse, avec qui il a eu sept enfants. Elle est frappée par une maladie foudroyante alors que son époux est loin, et est enterrée avant même que ce dernier ne puisse rentrer… C'est pourtant à cette époque que vont naître son premier livre du "Clavier bien tempéré", ses "Suites françaises" et ses "Inventions et sinfonies".

Durant ses dernières années à Köthen, et avec la collaboration de son fils Wilhelm Friedemann, Bach composa trente pièces de style Prélude à vocation pédagogique. Il les réunit dans un recueil nommé Inventionen und Sinfonien.

Ce dernier comprend quinze inventions à deux voix, et quinze fugues à trois voix. Voici la note personnelle de Bach concernant ce recueil, afin de souligner son mobile pédagogique :

« Un guide fidèle pour les amateurs du clavecin, où sera montré clairement l’art de jouer à deux parties, mais également, en progressant, celui de maîtriser parfaitement trois parties obligées ; d’acquérir non seulement de bonnes Inventions, mais de les bien développer ; mais par-dessus tout, d’obtenir un jeu cantabile, tout cela en contractant un avant-goût sûr de la composition. »

La fonction mains séparées offerte par Tomplay facilite grandement la mise en place de la première Invention en do majeur mains ensemble, et devient même un jeu grâce aux alternances de rythmes d’une main à l’autre.

9. Menuet en sol majeur, BWV Anh. 114

▶️ Jouez Le Menuet en sol majeur, BWV Anh. 114 au piano seul

Jean-Sébastien Bach se remarie avec Anna Magdalena Bach, qui lui donne treize enfants, dont sept mourront en bas âge. À ses côtés, il vit sa période Leipzig, où il devient Cantor à l'église Saint-Thomas de Leipzig. Il y composera 300 cantates ainsi que de nombreux chefs d’œuvre comme ses Passions selon Saint Jean et selon Saint Matthieu, les Variations Goldberg, mais aussi le second livre du Clavier bien tempéré.

Œuvre typique de Bach, le Menuet en sol majeur est extrait du Petit livre d'Anna Magdalena Bach, seconde épouse du compositeur. Ce recueil contient une variété de danses baroques telles que le menuet, la gavotte, la musette, la marche, le rondeau et la polonaise, introduisant à merveille le contrepoint à deux voix de style baroque.

Les pièces du recueil contiennent, en plus de compositions de Bach, des œuvres issues de la plume de nombreux autres compositeurs baroques, proches du compositeur, tels que Johann Christian Bach, Carl Philipp Emanuel Bach, Johann Gottfried Bernhard, Johann Gottfried Heinrich, Christian Petzold, Georg Böhm et François Couperin. De nombreuses pièces du cahier d'Anna Magdalena restent cependant encore anonymes.

Le Menuet en sol fut attribué à Jean-Sébastien Bach jusqu’en 1970, avant d’être universellement réattribué à Christian Petzold, compositeur, claveciniste et organiste allemand.

Ce Menuet BWV Anh. 114 est une pièce abordable pour des élèves de première ou seconde année. À travers cette œuvre, l’élève se familiarise avec l’univers baroque et le style d’écriture de Bach, et joue ses premiers trilles.

Les fonctionnalités Tomplay aideront les pianistes en herbe à comprendre et interpréter ce morceau, grâce au défilement automatique de la partition sur l’écran, synchronisé avec l’enregistrement professionnel du morceau inclus dans la partition.

10. Concerto n° 7 en sol mineur, BWV 1058

▶️ Jouez le Concerto n° 7 en sol mineur, BWV 1058

Tourmenté et souvent incompris, Bach n’aurait pu se douter que son œuvre serait encore jouée et admirée plus de 250 ans après lui. Il a laissé plus de mille compositions de toutes sortes. D’autres grands compositeurs tels que Haydn, Chopin ou Mozart se sont intéressés de très près à ses partitions et les ont souvent enseignées à leurs élèves. Personnage de caractère et compositeur baroque par excellence, Bach nous a livré une œuvre immense qui constitue toujours aujourd’hui une référence.

Le Concerto n° 7 en sol mineur est probablement la première tentative de Bach d'écrire un concerto entier pour clavecin. Il est inspiré du Concerto pour violon BWV 1041, transcrit un ton plus bas afin d’être plus adapté au clavecin.

Il se dit que Bach aurait été mécontent de la composition de ce premier concerto. Pourtant, l’orchestre se place tel un renfort au clavecin pour le mettre en valeur.

Profitez de l’enregistrement professionnel de la partie orchestre, et jouez accompagné par plusieurs dizaines de musiciens, comme si vous y étiez ! Incarnez le pianiste soliste, et interprétez cette magnifique œuvre baroque avec Tomplay.

 

Ajouter un commentaire...